La pause de temps en temps doit durer longtemps… Mais pour bien vivre il faut aussi en faire souvent. De petites, mais régulières pauses augmentent vos performances.

La gymnastique de la détente est un élément à prescrire à tous, travailleurs, retraités, en recherche d’emploi, étudiants et même pour les enfants.

Lever le nez du guidon, faire un break ou tout simplement, ce que je préfère, s’octroyer un instant de détente. Ceci est une composante essentielle au maintien de notre potentiel intellectuel.

Pour comprendre notre quotidien, nous faisons preuve :

_ d’écoute,

_ d’attention,

_ de discernement,

_ de compréhension et

_ de réflexion.

Malheureusement, ou heureusement, notre cerveau, aussi intelligents que nous soyons à ses limites.

_ Nous sommes sujets à distraction, volontaire ou involontaire.

_ Chacun de nos sens participe à ces actions et peut subir des altérations.

_ La présentation même des informations subit déjà, elle une altération causée à deux niveaux. Émetteur et transmetteur.

Tout ceci est régi par un faisceau de facteurs. Je ne vais pas tous les nommer, contentons-nous des plus évidents.

_ Nos habitudes.

            _ Vie,

            _ Hygiène

            _ Nos activités

            _ Notre alimentation,

            _ Et bien évidemment notre sommeil.

_ Notre environnement psychologique.

            _ Soucis financiers,

            _ Stress,

            _ Problèmes affectifs,

            _ Maladie,

            _ Lassitude,

            _ Crainte de l’échec.

_ Et enfin, la fatigue.

            _ Professionnelle,

            _ Mentale,

            _ Sociale,

            _ Environnementale.

D’autre part, des études multiples et toute très sérieuses montrent que notre capacité de concentration est une courbe. Elle monte brutalement pendant dix à quinze minutes, mais après une phase de plateau, chute ensuite doucement … et curieusement, certaines actions, répétitives se trouvent plus efficacement accomplies dans la phase ascendante alors que d’autres souvent plus complexes, sont plus aisées à réaliser dans la phase de plateau. Ensuite, les perturbations, les éléments cités plus haut commencent à provoquer des interférences dans votre concentration et vous vous désorganisez.

Tous ces facteurs donc, conditionnent nos capacités et ce, quel que soit notre profession. C’est pourquoi, “la pause s’impose“. Tout le monde en est conscient. Mais quelle pause ?

On peut faire une pause de 10 minutes toutes les heures… ce serait idéal. Mais difficile à réaliser, tout le monde en convient.

Pour certains, il faut dormir, c’est un impératif. Et certains en ont la possibilité mais pas tous. Alors, il existe des méthodes de relaxation. Le yoga, la méditation, etc.

Se détendre expirer longuement, puis inspirer doucement. Conserver cinq secondes l’air puis recommencer… les muscles détendus, le corps dans la position la plus confortable possible. Et se vider l’esprit. Mais, là, encore une fois, nos vieux démons ressurgissent. Certains parmi nous ne savent pas penser à rien. Alors, voici une méthode venue du japon qui permet de se détendre réellement d’autant plus qu’elle est totalement abstraite. Se créer un loisir fictif. Par exemple tailler des rosiers…

Fermez les yeux.

Faites abstraction de votre environnement.

Imaginez votre rosier, rouge, ou rose, et pourquoi pas d’un bel oranger pastel…

Attrapez une fleur fanée et coupez-lui la queue, le plus bas possible…

Reculez… Oui ! Là, une seconde… prenez la dans vos mains…

Épousez sa douceur de votre paume…

Encore une fois, saisissez sa tige et coupez là, oui… le plus bas possible…

Reculez… contemplez votre travail…

Encore une fois…

Caressez, puis coupez cette rose fanée…

Reculez, observez cette tige, maintenant…

Dix boutons… sacrifiez en deux… ou trois…

A dix coupes, votre rosier est devenu magnifique…

Ses roses paraissent maintenant plus éclatantes de beauté…

Respirez… imaginez son parfum…

Encore…

Encore…

Encore…

Soufflez…

Ouvrez les yeux…

Ceci est un exemple, vous pouvez dessiner, écouter de la musique, contempler un paysage… L’important est qu’il y ait trois notions…

Observation, action, contemplation…

Testez, créez vous un univers virtuel et chaque jour, pendant quinze à vingt minutes, plongez vous dedans et rêvez… Détendez-vous…

            Voila, la pause est terminée… encore une longue inspiration et vous reprenez le travail… Votre attention, vos capacités sont régénérées…

Laisser un commentaire